Brazil 2016

Petit périple au pays de la Samba

Derniers posts

Voilà c'est fini

Publié le 18/04/2016, par audreyetphilippe, Rio de Janeiro

Il est 7h en ce lundi matin, nous décolons dans 9 heures, j'ai peur de faire les valises, nous avons trop de choses à ramener.

Bref, il fait beau, c'était un sper voyage, beaucoup de belles choses, beaucoup de belles rencontres, un pays magnifique, un rêve réalisé.

Ce qui nous attend est moins drôle, le froid, la grisaille, le travail.

Mais bon nous avons eu cette chance.

Je ferme là ce blog. Maintenant ils nous restent juste à vous montrer les films et les photos de ce périple.

A demain où on se tient au jus.


Un dimanche mouvementé

Publié le 18/04/2016, par audreyetphilippe, Rio de Janeiro

Le dimanche à Copacabana, il coupe une voix de circulation pour les piétons.

Ce matin jardin botanique, on se dit que nous allons y aller en bus, mais au bout de 20 min nous nous rendons compte que le bus pour cette destination ne circule pas le dimanche, donc taxi. Les courses ne coutent vraiment pas chères, entre 5 et 10 euros.

Arivée au jardin il y a un peu de monde car l'nedroit est frais, il doit etre aux alentous de 9h00 et il fait toujours 30 degres. Le parc est magnifique, l'entrée est à 2,5 euros !

Il ya beaucoup de couples qui sont pour faire des photos de mariés, ainsi que des manequins poiur faire des photos pour les catalogues de fringues. Les brésilens se prennetn très souvent en photo, ils posent tous.

Au détour d'une allée, des énormées bambous avec les petits singes. Ils sont assez drôles. Puis la famuese alleé de palmiers à l'origine du jardin. On passe un bon moment.

Nous rentrons en bus vers l'hôtel car aujourd'hui, c'est journée plage.

Nous arrivons sur Copacabana, il ya un peu de monde et de la musique, puis 2 helicoptères en stationnement au dessus de la plage. C'est en fait le début de la manifestation. De notre terrasse nous sommes aux premières loges. Ils défilent pendant une petite 1/2 hier devant  chez nous mais sans casse, avec de la musique, ils sont assez pacifistes. Contrairement aux idées reçus on se fait plus agressé à Paris qu'ici.

Bref ce petit évènement passé direction la plage.

Le soleil tape mais nous nous baignons à Copacabana. On déjeune dans notre petiot resto de plage du moment. Nous retournons à l'hôtel car sur la plage il fait vraiment trop chaud. Vers 16h nous partons pour le quartier bohème de Santa Thérésa, là ou il y a un escalier en mosaique et le petit tram jaune (comme dans le dessin animé Rio). Lescalier est manifique mais super long, puis la rue pavée pour aller prendre le tram grmpe elle aussi.Arrivée en haut, on découvre un petit quartier residentiel assez sympa, nous allons vers un parc ou il y a une église en brique un peu en ruines, un concert va commencer. C'est un peu bobo donc nous repartoins en direction du tram. Sauf que celui ci ne circule pas le dimanche. Nous decendons la rue qu'il emprunte habituellement, le solei commence a baissé, il ya des nombreux dessins sur les murs car c'est un quartier d'artiste. Nous arrivons vers Lapa, là où la minfiestation devait finir il y a des brutis de tambours impressionnants et dans tous les bars, les brésilens suivent le vote en direct.

Nous tournons dans une rue, en pensant que c'était tjs la manifestation, mais non un défilé d'une école de samba est sur le point de commencé, nous suivons dons la troupe. A l'avant un maitre de cérémonie, des danseuse puis les musiciens. C'est du bonheur  !

Nous prenons ensuite un bus pour rentrée car sur la place les manifestants sont toujours là.

Nous repassons par notre petit marché, puis allons prendre un dernier verre dans notre resto de plage. Nous rstons là un moment, il ya un musicen qui joue de la bossa.

Après 2 bonnes heures et une journée bien rempli; nous rentrons.

 

 


Un samedi à Rio

Publié le 18/04/2016, par audreyetphilippe, Rio de Janeiro

Bom Dia,

La chanson que Philippe chante c'est "si tu vas à Rio...".

Voilà ce detail de haute importance étant rectifié, je vais pourvoir vous raconter ce samedi.

9h moins la car nous ommes au Pain de sucre. Il n'y a pas grand monde, nous avions voulu prendre un bus mais pas de bus dans notre quartier. Donc taxi. Nous montons, en téléphérique, au premier niveau les vues sont magnifiques, il fait déjà 30 degres ! C'est sympa comme tout, il y a les 2 premières cabines qui étaient utilisées avant.

Nous faisons le tour en suivant un groupe pour avoir quelques explications. Le, enfin la guide est un vrai vrai brésilen. Un homme habillé en femme, avec une voix bien roque. Au moment d'aller prendre la deuxième cabine pour monter sur la pointe, Phulippe ne sent pas trop le truc. Le vertige est là donc nous decidons de redescendre pour aller rue Carioca, voir les magasions de musique.

Nous devons nous rendred, en taxi, dans le quartier du centro. C'est samedi, il y a un monde fou. Rues piétonnes et très populaire (Barbes mqis en mieux quand même car c'est Rio). Nous faisons plusieurs magasins puis allons dans ses rues piétonnes. Il y a de tout.Nous preno,s un café car je croyais avoir une tourista mais non en fait ! Au bresil sur les table il y a du sucre liquide. cela ressemble aux bouteilles d'alcool pour sde laver les mains. Pendant que je suis ocuppée, phulippe se lave les mains avec le sucre sous les yeux ebaillis du serveur. Bref c'était la petite anecdote.

Nous retournons dans un magasin de musique après avoir fait un peu de shopping, pour acherter un cavaquinho, une petite guitare Bréislenne.

Nous prenons au taxi pour rentrer dans notre quartier et là un marché. Nous faisons à nouveau un peu de shopping, retrournons à l'hôtel avant d'allr déjeuner dans un petit resto de plage. Il ya de la musique partout à Rio, il y a également des gardes civils et des flics un peu parout. Apres le dejeuner, direction la plage. Il fait très chaud. Nous nous dirigeons dans l'eau mais il y a un courant de fou, des vagues énormes. En fait ici on ne peut pas nager mais juste sans trrempée, ça reste l'océan.

Nous rentrons vers 17h30 car la nuit tombe un peu, un petit japonnais et au lit. On se lève tôt on marche beaucoup sous une chaleur assomante donc le soir au lit tôt.

Demain nous avons prévu d'aller au jardin botanic.

@+

 


Rio de Janeiro

Publié le 16/04/2016, par audreyetphilippe, Rio de Janeiro

Quand tu souris je m'envole au paradis je vais à Rio ...de Janeiro.

Voilà la chanson que Philippe chante depuis que nous sommes à Rio, entre celle ci et Copa copacabana...

Bref, se reveiller, ouvrir sa fenetre, voir la mer et la plage de Copacabana sous le soleil j'avoue que c'est plutôt pas mal. Rio c'est Antibes en plus grand et au BRAZIL.

8h30 départ dans les rues de Rio, il fait très chaud, direction la rue perpendiculaire, là où se trouve l'office de tourisme pour prendre un plan de la ville et de bus. Après quelques énervements sur où nous prenons le bus, Philippe qui ne parle que brésilen grace à son petit livre demande à une dame quel est le bus pour le Corcovado. La mamie est sympa, elle nous répond en Portugais, Phillipe dit d'accord, nous devons prendre le 583. Chose que je lui disais depuis le début mais bon, il voulait vérifier !

Nous sommes dans le bus public il fait chaud mais nous avons les yeux grands ouverts car cette ville est assez incroyable. et le prix du icket est de 25 cts d'euros.

Arrivée au Corcovado, terminus de la ligne de bus, il est 10h40, il y a un peu de monde, nous prenons nos tickets car pour se rendre au pied de la statue du Christ, il faut prendre un petit tram qui traverse la montagne.

Le départ est à 11h20, c'est super bien ficelé, les gens respectent le truc ça change de la France. Quoiqu'il y a bcp de français à Rio, on les repaire de suite, ils gueulent, critiquent et parlent relativement fort.

Nous prenons donc un petit café en attendant, il doit déjà faire plus de 35.

11h20, nous montons dans le tram un peu d'époque. 2 wagons d'une cinquantaine de places. Le trajet dure une bonne 1/2 heure, nous arrivons dans un lieu touristique, blindé de monde, de boutiques souvenirs, de cafés et restaurants. La statue est un peu plus haut nous montons les marches et là c'est vrai que cela est impressionnant, nous somme au pied du redempteur. Les gens se bousculent pour se prendre en photo, toutes les nationalités sont présentent.

Nous rencontrons un couple de français au coin fumeur car au Brésil, même si l'on est en extérieur, il y a un endroit avec un cendrier géant, et il faut fumer là.

Bref, les gens sont sympa, on discute le temps de la clope puis nous redescendons vers le tram du retour.

Il fait très très chaud, il est 13h30 orsque nous arrivons en bas, nous décidons de partir à pied vers un petit marché que nous avions vu en passant en bus. Nous marchons, marchons et marchons encore. Sur un panneau il est écrit 36 degrès. On a  presque plus d'eau, nous prenons un bus sans clim vers Leblon, la plage où au début c'est Leblon puis ça se poursuit sur Ipanéma. Nous avons chaud aux pieds nous devons aussi trouver des tongues. Le bus arrive pas loin de notre destination mais tourne car il déssère d'autres destinations avant. On apperçoit un centre commercial donc descendons du bus pour s'y rendre. Lendroit est frais, climatisé c'est ce qu'il nous fallait. Il est pas loin de 15h, un petit creux se fait sentir. Une chaine de resto Batata, boule de pomme terre, remplie dans viande, fromage, champignon... Philippe goute donc cette chose trop bonne et salade César pour moi.

Nous avons repris des forces et nous mettons en route vers Leblon. Nous ne sommes pas à côte mais après 1 bonne 1/2 heure de marche la plage de Leblon. C'est très joli car la montagne tombe dans la mer, Ipanéma comme la ville de Rio sont en travaux pour les JO. Car malgré le gros malaise politique au Brésil depuis jeudi, suite au départ ou non de Dilma Roussef, les boutiques de goodies de JO sont partout.

Nous prenons donc un bus pour Copacabana, il fait vraiment très chaud, une petite tête dans la mer serait la bienvenue.

Le bus passe par le quartier shopping d'Ipanéma et là le magasin de tongues Havaianas. Nous sautons donc du bus. Le magasin se trouve dans le quartier shopping  d'Ipanéma. Il y a toutes les couleurs et c'est nettement moins cher qu'en France.

Nous nous faisons plaisir, et décidons de prendre un taxi pour rentrer vers l'hôtel.

Ce que je ne vous ai pas dit c'est que Philppe s'est fait alpaguer par un cireur de pompes, et qu'il s'est laissé faire, bien sur il avait des baskets en tissus, donc pieds trempés par le cireur mais surtout il lui a demandé une fortune. Mais c'est un mec des favelas donc nous ne discutons pas, pas le fait que nous ayons peur mais ça nous fait plaisir si ça peut l'aider. Nous avons décidé de ne pas visiter les favelas, les bus touristiques propsent l'excursion mais je trouve ça bizarre d'aller dans ces quartiers pour voir des gens dans le besoin, nous ne sommes pas au zoo !

Ici les beach boys, les vendeurs de tout et de rien, sont sympa, si nous disons non merci ils n'insitent pas.

Finalement, il fait nuit (ici à 18h), nous rentrons à l'hôtel car ce soir nous avons décidé d'aller à Lapa, un quartier boheme, populaire et festif de Rio.

Nous partons en taxi, le soir c'est mieux et ça ne coute pas grand chose. Nous arrivons sur la fameuse place de Lapa, ou un énorme acqueduc travese la place. Et là du son partout, des stands de Capirinha, bières... Il y a des clubs de samba un peu partout mais prenons le premier. Nous payons le droit d'entrée qui est reversé aux musiciens et prenons l'apéro. Le groupe s'arrete malheureusement car il joue depuis un moment. L'endroit est en fait un grand bar pub ouvert sur la rue avec une grande terrasse et un service d'ordre. Nous avons un petit bracelet pour la soirée et une carte, type carte de crédit avec un numéro. Comme cela pour commander nous donnons juste notre numéro de carte, etr pauons le tout à la fin. Sur pas mal de chose, ils font les choses bien, simplement mais efficace. Il y a beaucoup de monde, les gens arrivent. Je prends une fameuse capirinha, avec la chaleur ça me monte vite au crâne et celles d'ici n'ont rien à voir avec celles proposées en France. Le groupe revient et là c'est le feu. Un super groupe de samba, la foule danse et chante, c'est magique et c'est de la folie. Des gens de tous les ages bougent au son de la musique. Je suis assez contente car le groupe fait des reprises et je connais certaines chansons.(depuis le temps que j'ecoute de la musique brésilenne !)  2 femmes sympa sont à la table à côte et l'une d'elle me dit en brésilen, "allez bouge, c'est de la samba". Du coup nous voilà parti dans l'mbiance, il y a de plus en plus de monde et il fait toujours aussi chaud. Il est pas loin de minuit, le groupe fait uen dernière chanson, nous nous rapprochons d'eux. Ils jouent trop bien, surtout celui que fait de la petite guitare (film à l'appui). Le groupe est vraiment sympa, ils vendent leur Cd donc nous le prenons. Bref je discute avec le chanteur, il me demande d'où nous venons, et me dit ok Paris, puis me reprend le cd pour nous le dédicacer. Il faut que j like leur page FB, donc merci de le faire quand jje vous aurais envoyé l'invitation. Nous partons de cet endroit car nous ne sommes pas à Rio longtemps, et nous avons décidé demain de faire le pain de sucre tôt, nous aurions pu passer la nuit à danser la samba !

Nous prenons un taxi puis rentrons, en forme, à l'hôtel !

Cet article c'est ce que nous avons fait hier. Aujourd'hui, samedi la journée n'est pas fini, il est 19h18.

Par contre je tiens à vous rassurer car demain grosses manifestations à Rio suite aux problèmes politiques. Les différents partis magnifestent à Copacabana, mais ça va être encadré par les forces de l'ordre qui sont déjà omniprésente. Bref, nous partons le matin en excursion dans le jardin botanique à l'opposé, et nous allons fuire la plage de Copacabana.

Donc message à nos mamans, ne vous inquiétez pas nous ne sommes pas fous, nous allons faire attention.

@+ tard

 


Rio Quente - Goiania - Sao Paulo - Roi de Janeiro

Publié le 15/04/2016, par audreyetphilippe, Rio de Janeiro

Bom Dia,

ça y est notre périple à Goias est fini. Nous quittons Rio Quente à 8h30 direction la capitale de Goias, Goiania. Sur la route l'ambiance est morose, nous avons tous les 3 les boules de nous quitter car on vient de passer 8 jours ensemble. Bref, au bout d'une heure Luciano, nous met de la musique à fond comme tous les jours. Là il est branché Dance remix, DJ L comme on l'a surnommé. Abba, Desirless (voyage, voyage), il connait les paroles par coeur et nous dit qu'il a dansé sur cette musique lorsqu'il était jeune (on a fété ses 44 ans samedi dernier !)

Bref, vers 10h15 nous arrivons à Goiania voir ma copine Cristina. (la chef de Luciano).

Elle est juste trop délire, elle doit avoir pas loin de 55 ans, une petite blonde qui aime la France, Paris et le Beaujolais. Elle à fait plusieurs voyage en France avec son mari, au moment de la sortie du beaujolais. Elle nous demande si "c'est toujours le 3eme jeudi de novembre ? ", bref nous lui avions ramener une bouteille de Bordeaux et un foulard choppé à l'aéroport avec les monuments de Paris, elle était en transe ! Elle est chef de cabinet du gouvernement de tourisme de Goias (là ce n'est plus une personne de l'office de tourisme). Elle doit venir sur Top résa en septembre (salon mondial du tourisme pour les pors et me demande si je peux devenir l'ambassadrice en France de la région de Goias).  Chose qui n'a rien à voir mais les représentants de Bahia à Paris organisent le 15eme lavage de la Madelaine ça dure 4 jours, avec le dimanche un mini carnaval ou l'on défile en blanc au rythme de la samba, et ils ont accepté que je sois bénévole sur l'évement. Revenons à Cristina,  elle n'arrete pas de parler, tout est marvelous, les gens importants arrivent les uns après les autres et enfin le président du gouvernement du tourisme de la région. Un mec d'une quarantaine d'années, sympa comme tout qui ne parle pas anglais. Photos, questions, bref il y a une dizaine  de personnes dans le bureau on aurait pu rester la journée, mais l'heure tournait et on avait quand meme un vol à prendre.

Il est 11h30, nous décolons à 12h20, je stress à bloc. Mais au Brésil ils sont cool, no problème, toudo Bem. Nous arrvons à 11h55, à l'enregistrement (petit aéroport), on enregistre les bagages qui ont prit du poids depuis que l'on est là. Ils nous ont tous incroyablement gatés.

Le moment redouté arrive, nous tombons avec Luciano et Philippe dans les bras des uns des autres. On a tous les 3 la gorge bien sérrée.

Nous passons la douane, pluôt rapide au Brésil, puis marchons sur le tarmac pour prendre notre boeing 737-800.  Il y a des vitres le long du tarmac est Luciano est dérrière à nous faire des grands au revoir. (je lui envoyé un message lorsque nous arrivée à Rio et il m'a avoué qu'il avait pleuré comme un gamin et qu'il avait les boules que l'on ne soit plus ensemble).

Le vol dure 1h20, le temps de boire un coup, lire notre bouquin de chevet depuis 1 semaine, lonely planet Brazil.

Arrivée au dessus de Sao Paulo, nous decouvrons une ville immense. L'aéroport est en pleine ville comme dans quelques villes du monde. Le pilote n'a en plus pas beaucoup de piste du coup pour freiner... Je le savais mais je n'ai pas voulu inquiéter Philippe.  A Sao Paulo il y a 20 000 habitants. Bref tout se passe niquel. Notre correspondance est 30 min plus tard. Nous croquons un bout rapide, malgré tous les déjeuners et dîners que l'on a eu (Au Brésil on mange vraiment très bien et c'est super bon. Heureusment que nous marchons beaucoup toute la journée pour éliminer !

14h30, check in pour le Sao Paulo -Rio. Cette fois ci nous avons le droit à un bus pour nous rendre jusqu'à l'avion. Toujours un boeing par contre le pilote est une femme (on a décolé et atterit en douceur !) Le vol se passe bie, 50 min tout compris;  pas beaucoup de piste non plus à Rio, c'est comme à Nice on atterit dans l'eau. Dans l'avion en appercevant Rio mes larmes coulaient toutes seules, mon rêve est devenu réalité. J'étais un peu deçu car nous n'étions pas du côté pour voler au dessus de la ville avant que l'avion ne fasse une boucle au dessus de la mer et que je puisse apercevoir le pain de sucre.

ça y est j'ai posé le pied dans cette ville !

Il fait une chaleur de fou, il est 16h15 je suis à Rio, mes larmes coulent encore j'ai la gorge serrée tellement je suis happy.

Nous prenons un taxi, car la vie est 3 fois moins chère ici, 15 min plus tard nous sommes à Copacabana, c'est magnifique.

Notre hôtel n'est pas un hôtel de luxe mais nous sommes au 8eme étage avec une terrasse face à la mer.

Nous nous passons 2 bonnes heures à glander car nous n'avons pas arréter depuis que nous sommes au Brésil, puis partons à pied prendre un verre au bord de la plage. Dans toutes les bodégas il y a un musicien qui joue de la bossa. Je ne réalise toujours pas où nous sommes. Sur le bord de la plage il y a beaucoup de sportifs balaizes torse nu et bronzés. Des vendeurs ambulants et des sculptures en sable avec les monuments de la ville, avec l'inscription et les anneaux olympique de Rio 2016.

Philippe a comme un petit creux donc nous dîner chez Maxim's à Copacabana. Resto chicos 2 plats 2 boissons 30 euros. Puis nous rentrons car je n'ai pas beaucoup dormi depuis 8 jours et là je n'en peux plus.

Une bonne nuit de 8 heures et 1er vrai jour à Rio. Comme il est 18H43 et que notre journée n'est pas fini, je vous laisse là mais nous partons ce soir dans le quartier de Lapa, au nord de la ville, dans les clubs de samba.

A demain pour vous raconter cette première journée dans la capitale du monde !


Où suis-je ?


Mes albums photos

Liens à voir

Archives

Mes amis

Derniers articles

Recevoir les actus du blog